www.faune-lorraine.org
 Visiteur Anonyme  [J'aimerais participer]
VisionatureVisionature
Accueil
 
Réseau Visionature
 
Nos partenaires
Consulter
Informations
 - 
Toutes les nouvelles
 - 
Sur votre agenda
  Aide et droits d'accès
  Statistiques d'utilisation
Cartes et Synthèses
Priorités 2019
  Territoires
    - 
ABC des Vosges du Nord
    - 
Bilan ABC VdN 2018
Conservation et protection
Enquêtes et suivis
Publications
Comités d'Homologations
ODONATES
RHOPALOCÈRES
ORTHOPTÈRES
NÉVROPTÈRES
Mode d'emploi
Règles à respecter
Les liens

Toutes les nouvelles
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 292
 
vendredi 9 octobre 2020
Oiseaux
Après deux ans d'attente... Un bridage salutaire pour le Milan royal sur deux parc éoliens en Moselle!

Bonjour à tous,

Vous trouverez en cliquant sur les liens suivants:

-deux arrêtes relatifs aux mesures ERC complémentaires demandées par l'état suite aux deux cadavres de Milan royal adulte découverts en période de reproduction sous les parcs éoliens de la société BORALEX de Morlange et Zondrange (57) en 2018.

http://www.moselle.gouv.fr/content/download/18451/131136/file/AP%202020-68%20Parc%20%C3%A9olien%20de%20Morlange.pdf

http://www.moselle.gouv.fr/content/download/18452/131140/file/AP%202020-67%20Parc%20%C3%A9olien%20Marange%20Zondrange.pdf

La remontée des informations par le réseau Milan royal de Lorraine auprès des services instructeurs aura permis de cadrer un peu mieux les mesures de réduction et de compensation sur ces deux parcs (puisque les mesures d'évitement étaient jusqu'à ce jour inexistantes!).

Un long chemin reste encore à parcourir car un gros travail de concertation -information est à renforcer entre les services étatiques et les coordinateurs des PRA Milan royal dans le Grand Est  vis à vis des mesures complémentaires imposées aux développeurs...

Pour exemple, il est préconisé un arrêt des machines de 10h à 17 heures durant la période de reproduction mais le Milan royal ne vole-t-il pas en dehors de ces plages horaires, notamment en période sensible d'élevage des jeunes (mai-juin) où les journées sont les plus longues? Curieux... Peut-être une façon de ménager la chèvre (l'éolienne) et le chou (le Milan)...

Autre curiosité, Pourquoi l'état français ne réagit-il pas de manière instantané lorsqu'il y'a destruction avérée par collision , notamment d'oiseaux reproducteurs comme il l'est pratiqué chez nos voisins transfrontaliers (Belgique, Luxembourg) où les services étatiques demandent une mise en drapeau immédiate des éoliennes jusqu'à ce que des solutions acceptables soient trouvées. Pour ce cas de figure,il aura fallu attendre deux années pour que les AP ci-dessus soient effectifs!

Beaucoup trop lent au goût des coordinateurs des PRA Milan royal du Grand Est qui s'évertuent à signaler-pointer du doigt les parcs à problème!

Plusieurs parcs éoliens tuent et continueront de tuer des oiseaux reproducteurs ou migrateurs en Lorraine car peu de parcs éoliens ayant un impact sur le Milan royal font l'objet de mesures ERC complémentaires, pour preuve:

Les Parcs éoliens de Rampont (55) (2 oiseaux migrateurs morts  par collision) n'ont fait l'objet d'aucune mesure ERC complémentaires imposées à l'exploitant depuis leur mise en service,

Le Parc éolien de Woelfling-lès-Sarreguemines (57) ( 3 oiseaux tués en période de reproduction, le dernier en 2020) , n'a encore fait l'objet d'aucune mesure ERC complémentaires fortes imposées à l'exploitant,

Le Parc éolien de Laneuville-au-Rupt (55): 1 oiseau adulte tué en période de reproduction en 2020, n'a encore fait l'objet d'aucune mesure ERC complémentaires imposées à l'exploitant.

Nous invitons tous les observateurs à nous faire remonter toutes informations d'oiseaux retrouvés à proximité de parcs éoliens, continuons ensemble cet admirable travail de veille et merci encore à l'ensemble du réseau Milan royal de Lorraine (associations investies, observateurs) pour son remarquable travail annuel de suivi de reproduction et de repérage des couples nicheurs qui permet une meilleure prise en compte de l'espèce dans tous projets d'aménagements.

Continuons de nous battre pour le Baron rouge...

Guillaume Leblanc et Marine Felten : Coordinateurs du PRA Milan royal en Lorraine.

posté par Guillaume Leblanc
 
mardi 28 juillet 2020
Amphibiens
Colloque PNA Amphibiens : Ouverture des inscriptions

Vous trouverez en pj les renseignements pour le colloque  de restitution des PNA en faveur du Sonneur à ventre jaune, du Pélobate brun et du Crapaud vert

posté par Jean-Yves Moitrot
 
vendredi 17 juillet 2020
Mammifères
Mission hérisson, c’est parti !

En 2020, le Hérisson d'Europe est à l'honneur. À cette occasion, la LPO, relayée par ses partenaires associatifs, lance un nouvel observatoire national : la Mission hérisson.

Cette enquête participative a pour objectif de déterminer la tendance de la population, indicateur qui nous manque actuellement cruellement.

Pour y participer, il suffit de se doter d’un tunnel à empreintes, de le poser 5 nuits dans le site de son choix, de l'appâter avec quelques croquettes, d'enduire les tampons d'encre naturelle et de disposer deux feuilles de papier à chaque entrée du tunnel. Facile !

À partir de là, tout petit gourmand ou tout petit curieux laissera la trace de son passage. Chaque matin, vous pourrez jouer les inspecteurs et déterminer quelles espèces ont emprunté votre tunnel durant la nuit. En cas de doute, la communauté des experts de la mission vous aidera dans vos déterminations.

Pour transmettre vos résultats, pas besoin de saisie compliquée. Il suffit de faire un cliché des pages d'empreintes et de les poster sur le site dédié, développé en partenariat avec Mosaic, centre de compétence du Muséum national d'Histoire naturelle et de l'Université de la Sorbonne.

Si vous acceptez la Mission Hérisson, rendez-vous sur https://missionherisson.org

posté par Nicolas Hoffmann (lpo)
 
vendredi 17 juillet 2020
Oiseaux
2021 : lancement du prochain Atlas des Oiseaux de France !

Depuis la parution de l’Atlas des Oiseaux de France métropolitaine en 2015 (données de 2005-2012), l'avifaune a sensiblement évolué. A titre d'exemple, la Pie-grièche à poitrine rose ne semble plus être nicheuse en France. A l'inverse, l'Ibis falcinelle fait preuve d'un fort dynamisme au-delà de son bastion méditerranéen. Il semble donc important d’actualiser aujourd’hui nos connaissances.

Sous l’égide d’un Comité scientifique animé par la LPO et regroupant associatifs et chercheurs, émerge le projet d’un nouvel Atlas des Oiseaux de France. Il couvrira la période 2021-2024. Ses principaux objectifs sont de cartographier la répartition des différentes espèces d’oiseaux à l’échelle nationale, en période de nidification et d'hivernage, mais également d'améliorer l’estimation des tailles de populations. Cette information fait actuellement défaut pour près de 60% des espèces de l'avifaune nicheuse.

A l'occasion de cet ambitieux projet, dont les départements et territoires d’outre-mer font partie intégrante, l’ensemble des contributeurs de Faune-France seront mis à contribution par l’intermédiaire de leurs observations quotidiennes. Les données collectées sous forme de listes complètes, plus riches d'information, seront largement privilégiées dans les analyses envisagées.

Courant de l’automne, la méthode de prospection sera présentée, notamment par le biais de vidéos. Dans l'attente, un premier document décrit sommairement ce nouveau projet d'Atlas des oiseaux de France.

Légende de l'image : depuis l'Atlas de 2012, la répartition de nombreuses espèces a sensiblement évolué. C'est le cas de celle de la Spatule blanche. Le nouvel Atlas des oiseaux de France permettra de dresser un nouvel état des lieux. © Philippe Jourde 

posté par Nicolas Hoffmann (lpo)
 
jeudi 11 juin 2020
Oiseaux
Rapport d'activités Aigles pêcheurs 2019

Un(e) petit(e) suisse a rejoint l'équipe Lorraine de pêcheurs masqués en 2019 !

Pour mieux comprendre cette  mystérieuse phrase et découvrir plein de choses sur l'actualité du Balbuzard pêcheur et du Pygargue à queue blanche, vous avez le loisir de consulter le bilan annuel d'activités ici : http://www.lorraine-association-nature.com/new/telechargements.html

Bonne lecture


Photo : P. Hostert

posté par Guillaume Leblanc
 
mercredi 27 mai 2020
Oiseaux
Il était une fois dans l'Est...

On pourrait se croire en 1889, dans l'Oklahoma, où le lynchage était dans les us et coutumes des habitants de Red Neck city, mais une fois de plus, il n'en est rien ...

Non, c'est arrivé près de chez vous, aujourd'hui, dans un village du sud lorrain nommé Goviller (54) où pour tuer le temps et faire peur aux corbeaux et autres étourneaux, on pend encore haut et court des rapaces comme des vulgaires gibiers de potence!

L'Office Français de la Biodiversité 54 est intervenu cet après-midi.

Merci encore aux deux personnes lanceuses d'alerte!

LOANA a l'intention de déposer plainte et souhaite que cet acte inqualifiable puisse faire l'objet d'un jugement en bonne et due forme...

Affaire à suivre...

La team "Marshall" de LOANA

posté par Guillaume Leblanc
 
mardi 26 mai 2020
Oiseaux
Promenons-nous dans les bois ?la chevêchette sera là et aussi là ! Et BIM ! Trouvé !

Promenons-nous dans les bois ?la chevêchette sera là et aussi là ! Et BIM ! Trouvé !

26 mai 2020

Alors t’es là, t’es pas là ?! Pour reprendre si bien un vieux proverbe de la tribu des « Tuches ».

Voilà une bien belle et folle histoire qui a commencé en 2017, avec comme pari fou de trouver de la Tengmalm et autres petites bestioles nocturnes plumeuses dans le sud lorrain, mais… pas si vite…

« - Tu vas chercher…tu vas chercher…. Ici !  En plaine ! EN MEUSE ! NICKEL !
- What the F…. ?! »

C’est donc après un service civique passé à chercher les PCM (petites chouettes de malheur, euh de montagne pardon…) et plus de 100 points d’écoute sur 891 km2, que… rien n’a été trouvé … (pour plus d'informations: rapport d'activités ICI)

LOANA pourtant fervente admiratrice de la stratégie de l’échec ne souhaitait justement pas rester sur une défaite…

Une nouvelle opportunité est apparue au travers de l’Atlas de la Biodiversité Intercommunal de la Communauté de communes de Bruyères Vallons des Vosges de réaliser de nouveaux inventaires spécifiques mais cette fois au pied du massif des Vosges, mais encore à des altitudes de plaine. Ni une ni deux, la blonde a sauté sur l’occasion.

1 point d’écoute, 2 points d’écoute, 3 points d’écoute, 4,5,10,15,20 points d’écoute et …
« - Allô Régis, nous avons un problème ! »

Vous l’aurez compris, du fond de sa sapinière, majestueusement minuscule et somptueusement discrète, la sublimissime Chevêchette d’Europe était enfin là ! A chanter au petit matin pour marquer son territoire que je venais de remettre en cause pour quelques infimes secondes.

Quelle délicieuse et libératrice découverte !

Mais ce n’est pas encore fini, le meilleur était encore à venir puisque la continuité des recherches a permis la découverte d’un second territoire de chevêchette, avec cette fois-ci un couple déjà bien établi.

Voilà donc une bonne base pour se remettre sérieusement à cogiter, non ? Dans quelles mesures peut-on protéger au mieux ces créatures semblant être sur une dynamique plutôt positive sous certaines conditions. Pas de secret, cet équilibre encore instable est très dépendant du bon état écologique du milieu forestier.

Pas de surprise, pas de mystère, pas de secret, c’est en se concertant, en sensibilisant, en travaillant main dans la main avec les différentes structures compétentes que les choses pourront évoluer et permettre, on l’espère, de mettre en lumière toutes ces espèces qui aujourd’hui, ont plus que jamais besoin de souffler et de retrouver des habitats riches et viables sur le long terme.

A nous de jouer, si nous voulons encore nous enrichir de ces oiseaux si fabuleux, et que les combes, forêts et vallons lorrains résonnent encore longtemps du doux chant de nos chères petites chouettes de montagne !
 
A ces chevêchettes qui m’ont déjà apporté tant de joie en ce début de printemps 2020 !

Affaire à suivre ?

Guillaume Bach pour la team « Petites chouettes de montagne » de LOANA

Photo: Guillaume Bach (LOANA)
 

 




 

posté par Guillaume Leblanc
 
mardi 26 mai 2020
Oiseaux
30 et 31 mai :Comptage printanier des oiseaux des Jardins 2020

Pour la huitième année, la LPO et le Muséum national d'Histoire naturelle (MNHN) vous invitent à participer au Comptage national des oiseaux des jardins.

Vous avez été plus de 22 000 personnes à participer à l’Observatoire des oiseaux des jardins durant le confinement. Nous espérons que vous serez aussi nombreux à prendre part à ce comptage de mai. L’occasion parfaite pour mettre à profit les connaissances sur les oiseaux acquises ces dernières semaines !

De quoi parle-t-on ?

Il s'agit d'une opération nationale durant laquelle vous êtes invités pendant une heure à compter les oiseaux qui visitent votre jardin. Vous pouvez également les compter dans un parc public.

C'est quand ?

Le dernier week-end de mai, les 30 et 31 mai 2020.

Et à quoi ça sert ?

Ces données, récoltées lors de cette opération de science participative, permettent aux scientifiques d'en savoir plus sur les oiseaux qui visitent les jardins durant la période de nidification.

Comment participer au comptage ?

Inutile d'être un(e) expert(e), il suffit simplement d'avoir un peu de temps (une heure), d'aimer regarder ce qu'il se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile ! Et pas de panique, des fiches espèces sont disponibles pour vous aider à reconnaitre les principales espèces qui visitent les jardins.

  • Choisissez un jour de comptage, soit le samedi 30 mai, soit le dimanche 31 mai.
  • Trouvez le lieu. Un jardin public ou privé, en ville ou à la campagne. Un balcon convient également.
  • Observez et notez durant une heure tous les oiseaux qui visitent le lieu. A vous de choisir le moment qui vous convient. Attention il faut compter uniquement les oiseaux qui se posent dans le jardin, pas ceux qui ne font que le survoler, à l'exception des hirondelles et des martinets, qui se posent rarement.
  • Saisissez ses observations sur le site de l'Observatoire des oiseaux des jardins : www.oiseauxdesjardins.fr.

Pourquoi ce comptage alors que de nombreuses données ont été collectées durant le confinement ?

Ce comptage, qui existe depuis 2012, suit un protocole précis : compter pendant une heure tous les ans durant la période de nidification les oiseaux qui visitent jardins, balcons et parcs. Il est important de maintenir ce comptage, même si nous avons déjà collecté de nombreuses données en ce début d’année afin de ne pas créer de « trou » dans les années de collecte et pouvoir ainsi réaliser des suivis identiques chaque année. Alors nous comptons sur vous !

Une question ?

Si vous avez un problème relatif à l’utilisation du site, n’hésitez pas à consulter notre FAQ ou notre Guide d’aide, qui vous accompagnera pas à pas dans la résolution de vos problèmes.

Pour toute autre demande, l’équipe de l’Observatoire est à votre disposition et est joignable par mail.

L’année dernière, les stars des jardins étaient le Moineau domestique, la Mésange charbonnière et le Merle noir. Et cette année qui sera sur le devant de la scène ?

Plus d'informations

Rendez-vous sur www.oiseauxdesjardins.fr

posté par Jean-Yves Moitrot
 
samedi 21 mars 2020
Oiseaux
Confinés mais aux aguets !

Les contraintes de confinement nous obligent à limiter les déplacements. Faune-Lorraine et Faune-France vous proposent donc de transformer votre lieu de résidence en observatoire de la faune sauvage. Combien d’espèces allez-vous pouvoir observer de chez vous ?

Côté oiseaux, des millions de migrateurs passent en ce moment au-dessus de nos têtes. Il suffit de lever les yeux pour faire de superbes observations. C’est aussi l’occasion de dresser l’inventaire de tous les oiseaux nicheurs visibles de chez vous.

Pour le reste de la faune, nous vous proposerons, durant les prochaines semaines, des recherches ciblées. Il s’agira de trouver une série d’espèces anthropophiles et d’en dresser, tous ensemble, la carte de répartition nationale.

Le premier défi : l'inventaire complet des oiseaux de chez vous

Ce premier défi n’est pas très compliqué et peut être effectué tous les jours. Il s'agit de faire, le plus fréquemment et régulièrement possible, une liste complète de tous les oiseaux que vous observez de chez vous.

Les observateurs les plus expérimentés pourront effectuer des listes de 5 minutes et ainsi contribuer au programme EPOC (en notant bien "EPOC" dans le champ commentaire). Les autres pourront faire des listes plus longues, pas plus de 20 minutes, ou même utiliser le formulaire "Oiseaux des jardins".

Un code étude ("[Acasa] Confinés mais aux aguets") est dédié à cette opération, que nous espérons européenne, et permettra d'attribuer vos listes à ce programme.

A partir de ces informations, nous calculerons combien d'espèces d'oiseaux peuvent être inventoriées en France, durant la période de confinement, sans quitter nos domiciles ? Quel sera le maximum en une seule journée ? Combien de données et de listes auront été collectées ? Où est le meilleur spot d'observation ? Il ne fait aucun doute que toutes ces informations amélioreront par ailleurs notre connaissance du calendrier de migration et de reproduction de nombreuses espèces.

Pour en savoir plus (comment trouver le code étude, comment faire des listes compltes...) :

https://www.faune-france.org/index.php?m_id=1164&a=1921#FN1921

posté par Nicolas Hoffmann (lpo)
 
jeudi 19 mars 2020
Oiseaux
Les 23èmes rencontres du Réseau Busards

Samedi 11 et dimanche 12 avril 2020

En raison des mesures contre le Coronavirus, ces rencontres sont repoussées à l'automne 2020 ou au printemps 2021.

Les 11 et 12 avril prochains se tiendront les rencontres nationales du Réseau Busards. Et cela se passera dans la Marne, au Lycée agricole de Somme-Vesle, à côté de Châlons-en-Champagne !

Pour participer à ces deux jours d’échanges et de présentations sur les busards, il suffit de s’inscrire avant le 31 mars via ce formulaire : https://forms.gle/zy1VviGAeTYbPXpo8

Découvrez ici le pré-programme : http://rapaces.lpo.fr/busards

Donc les amoureux et protecteurs de busards, on vous attend nombreux !

Photo : Busard Saint-Martin (Alain Balthazard)

posté par Marie Deligny
page :
 
 
1
2
3
4
5
6
7
8
9
>
>|
Nbre/page :
nbre : 292

www.faune-lorraine.org
Visionature
VisioNature est un outil développé avec la collaboration du réseau LPO. Grâce aux technologies Internet, débutants, amateurs et professionnels naturalistes, peuvent partager en temps réel leur découverte et ainsi améliorer la connaissance et la protection de la faune
Biolovision Sàrl (Switzerland), 2003-2020